Kingston Arts News

This is the NEW arts news blog for the KAC - any older items can be found at:

Friday, June 4, 2010

CCA Bulletin 15/10 - Amending the Copyright Act: What’s in it for Artists?/ Le projet de loi C-32: qu’y a-t-il là pour les artistes?


CCA Bulletin 15/10

June 3, 2010

Amending the Copyright Act: What’s in it for Artists?

Yesterday, the Conservative government tabled for first reading in the House of Commons Bill C-32, an Act to modernize the Canadian Copyright Act. This much awaited piece of legislation has been the object of much speculation and concern from both sides of what has been, and will no doubt continue to be a hot public debate.

The document has 65 pages of references for changes to the current Act and deciphering all this has started in various offices across the country. Some amendable deficiencies have already been identified by both sides of the great divide between copyright holders and copyright users/consumers. C-32 is the most recent attempt – and the third one in five years - at bridging this divide, for at least five years. One of the most interesting aspects of C-32 is that it makes for mandatory quinquennal revisions of the Copyright Act.

The main purpose of C-32 is to make Canada compliant with the 1997 World Intellectual Property Organization (WIPO) Internet Treaties, and as such, it has generally been welcomed by the copyright holder community, especially in the video game, music and film industries. It also aims at hopefully striking an acceptable compromise between the various camps. It is already evident though that some work still needs to be done to dissatisfy everyone equally (and if possible equitably), and this will be the preoccupation of all interest groups in the upcoming Parliamentary process.

The fairly unanimous reaction on the artists and performers’ side is that this bill does nothing to support Canadian creators, making private copying legal without any form of fair compensation. Within minutes, ACTRA and AFofM, on behalf of actors and performers, stated that:

"(We) have been calling for a made-in-Canada bill that balances the ability of Canadians to enjoy creative content wherever and whenever they want while making sure creators are compensated.  However, the new bill leaves creators out in the cold by legalizing format shifting and private copying without building on existing royalty systems so that income flows to artists.”

Similar stong reactions have come from Québec’s Union des Artistes, copyright collectives, Bloc Québécois and NDP Heritage critic Carole Lavallée and Charlie Angus. The need to compensate artists for private copying is even supported by the Québec Consumers’ Association.

The recourse to digital locks, for which the US and music majors have been lobbying hard over the years, is however far from being welcomed by all. Artist organizations say that digital locks will not give their members any additional revenue and the NDP critic has come down strongly against the criminalization of private copying through the digital locks imposed by C-32: "The only rights you will get under this bill are those that U.S.-based entertainment concerns decide you get," says Angus.

The Bill also includes provisions enabling copyright infringement. These would help target pirating sites, such as torrent trackers. When informed by a copyright owner that someone is illegally downloading material, an Internet service provider would now be required to forward a notice to their customer and keep a record of that correspondence for use in any future court case.

On the other side of the divide, the “users’ right” camp welcomes a number of changes such as the provisions that legalize the current timeshifting and format shifting of legally acquired copyright material. Also welcome is the clarification concerning the responsibility of Internet Service Providers (ISPs) and the fact that contrary to its predecessor Bill C-61, the new Bill introduces a distinction between personal pirates and those operating on a commercial basis. Bill C-32 would downgrade the penalty for individual copyright violation from a $20,000 maximum penalty to $5,000.

As was to be expected, expanding the notion of fair dealing is received with tepid enthusiasm by the users camp as not going far enough. The current law permits copyright material to be reproduced only for research, private study, news reporting, criticism and review. To those exceptions, the new bill would add back up copying, education, parody and satire. However, the Canadian Association of University Teachers for one considers that the Bill is a step backwards for the education community.

Another possibly controversial provision – and apparently a world premiere - concerns allowing the creation of a mash-up. Creators would be allowed to take existing copyrighted material, edit it, and create new material. However, the proposed law sets out several important exceptions, including that mash-ups be done for non-commercial purposes and not harm the reputation of the original artist.

The main flaw of Bill C-32 from the users’ perspective remains its giving ultimate supremacy to the rights holders by empowering them to enforce digital locks if they so decide. In his blog, Michael Geist notes:

"the IP rights holder always wins.  This represents market intervention for a particular business model by a government supposedly committed to the free market and it means that the existing fair dealing rights (including research, private study, news reporting, criticism, and review) and the proposed new rights (parody, satire, education, time shifting, format shifting, backup copies) all cease to function effectively so long as the rights holder places a digital lock on their content or device.” 

This remains a tricky issue indeed: will this encourage music companies, video companies and broadcasters to slam the locks on everything? Does this mean that transfering legally acquired music from a CD to an iPhone via a computer will be criminalized if it involves breaking a digital lock? Is the government taking away with one hand what it grants with the other?

 A majority of copyright holders have a remedy for that particular issue: extending the Private Copying Levy to all support platforms, a position the CCA supports. With the government adamantly considering the Private Copying Levy regime an unfair tax on consumers which should be allowed to become obsolete with the penetration of new digital technologies, the proponents of the levy as a fair way of balancing rights and interests can only count on the Opposition Parties to introduce amendments to Bill C-32 in this respect.

 The government’s suggestion to speed up the process through having a parliamentary committee hold hearings during the summer has been cooly received, not only by the Opposition but also by interested parties who think that this piece of legislation deserves good and thorough scrutiny. The government’s suggestion may be related to its eagerness to keep the free trade negotiations with the European Union moving as fast as possible. The EU has made it abundantly clear that conformity of Canadian laws with the WIPO treaties is one of the fundamental conditions for for an agreement.

 Tell me more

According to the Communiqué on the Department of Canadian Heritage website, the legislation is “a key pillar in the Government's commitment from the Speech from the Throne to position Canada as a leader in the global digital economy.” The Act is meant to protect and create jobs, promote innovation, and attract new investment to Canada. Minister Moore adds that this Copyright Bill “offers a common-sense balance between the interests of consumers and the rights of the creative community”. Obviously, this is an opinion which is not shared by all.

 More specificallhy, the Act’s objectives are:

  To update the rights and protections of copyright owners to better address the challenges and opportunities of the Internet, so as to be in line with international standards;

  • To clarify Internet service providers’ liability and make the enabling of online copyright infringement itself an infringement of copyright;
  • To permit businesses, educators and libraries to make greater use of copyright material in digital form;
  • To allow educators and students to make greater use of copyright material;
  • To permit certain uses of copyright material by consumers;
  • To give photographers the same rights as other creators;
  • To ensure that it remains technologically neutral; and
  • Finally, to mandate its review by Parliament every five years.

 What can I do?

If you care about the production of quality Canadian cultural products and about artists receiving fair compensation for the use of their works, you should tell your MP, particularly a member of the Liberal Party, that it is important to include the Private Copying Levy in the legislation and to extend it to all electronic platforms.

What are your thoughts on copyright reform? Join the discussion and comment on our blog.


.CCA Bulletin 15/10

3 juin 2010

Le projet de loi C-32: qu’y a-t-il là pour les artistes?


 Hier, le gouvernement conservateur déposait en première lecture à la Chambre des communes le Projet de loi C-32  visant à moderniser la Loi du droit d’auteur. Ce projet tant attendu a fait l’objet de beaucoup de spéculation et de préoccupation de part et d’autre de ce qui est, et continuera sans doute d’être un ardent débat au sein du public canadien.

Le document de 65 pages contient toute une série d’amendements à la courante Loi et un peu partout à travers le pays, on s’affaire à en déchiffrer les méandres. Déjà de part et d’autre du large fossé qui divise les ayants droit des utilisateurs/consommateurs, on a identifié des amendements essentiels à y apporter. C-32 constitue l’effort le plus récent – et le troisième en cinq ans – pour combler ce fossé le mieux possible. Cette fois, on espère que la révision tiendra cinq ans: une des provisions intéressantes du projet de loi consiste en effet à imposer une révision quinquennale de la Loi sur le Droit d’auteur

Le but principal du projet de loi C-32 est de conformer la loi canadienne aux provisions des traités de l’Organisation mondiale sur la propriété intellectuelle (OMPI), chose généralement bien accueillie par la communauté des détenteurs de droit, tout particulièrement dans les industries des jeux électroniques, de la musique et du film. Le gouvernement tente par ce projet de loi d’établir un compromis acceptable entre les diverses factions. De toute évidence, il va devoir faire davantage pour arriver à insatisfaire tout le monde également (sinon équitablement), et cela sera la préoccupatin de tous les groupes d’intérêt au cours du processus parlementaire qui s’amorce.

Côté artistes et interprètes, la réaction est à peu près unanime: C-32 ne fait rien pour appuyer les créateurs canadiens. Tous dénoncent le fait que le projet de loi rend la copie privée légale sans inclure de compensation équitable pour l’utilisation de leurs oeuvres. L’Union des artistes, ACTRA, la Guilde des musiciens, les sociétés de perception de droits, tous ont reçu l’appui des critiques du Bloc Québécois et du NPD dans leur dénonciation de cette omission dans la loi. Même l’Association des consommateurs du Québec s’est rangée de leur côté sur ce point! 

Le recours à des serrures électroniques, poussé depuis des années par les lobbys américains et par les multinationales, est cependant loin de faire l’unanimité. Les organisations d’artistes soulignent que cela ne leur amènera aucune compensation pour le revenu qu’ils perdent depuis plusieurs années et Charlie Angus, critique du NPD, s’insurge contre la criminalisation de la copie privée, affirmant que « Les seuls droits que les citoyens canadiens obtiennent en vertu de ce projet de loi sont ceux que l’industrie américaine du divertissement voudra bien leur accorder. »  (trad. libre)

C-32 comprend également des provisions visant la violation du droit d’auteur. Les sites pirates sont particulièrement visés par le biais de détecteurs torrent. Lorsque informé par un ayant droit qu’un de ses abonnés télécharge illégalement du matériel, un fournisseur de service Internet devra désormais expédier un avis à son client et conserver cette correspondance en archive pour utilisation lors d’une éventuelle poursuite devant les tribunaux.   

De l’autre côté du fossé, les défenseurs des “droits de l’utilisateur/consommateur” accueillent favorablement certains changements à la loi comme les provisions qui rendent légales les pratiques courantes de transfert de support et d’enregistrements pour écoute en différé de matériel acquis légalement. On reçoit également favorablement la clarification des responsabilités des fournisseurs de services Internet et le fait que contrairement à son prédécesseur, le Projet de loi C-61, C-32 établit une distinction entre le piratage à fins privées et celui à fins commerciales. Le projet de loi diminue les amendes pour violations privées de 20 mille à 5 mille dollars.

Comme on pouvait s’y attendre, l’élargissement de la notion d’utilisation équitable n’est reçu qu’avec un enthousiasme très mitigé, la proposition du gouvernement n’allant pas assez loin selon ce groupe. La loi actuelle permet l’utilisation sans permission préalable de matériel protégé que pour des fins de recherche, d’étude privée, de communications de nouvelles, de compte-rendu et de critique. À ces exceptions, le projet de loi ajoute la copie sécuritaire, l’éducation, la parodie et la satire. La Canadian Association of University Teachers considère pour sa part que le projet de loi constitue un pas en arrière pour le monde de l’éducation.

Une autre provision potentiellement controversée – et apparemment une première mondiale – consiste à permettre la création de «mash-up ». Les créateurs auraient la possibilité de prendre du matériel protégé existant, de le manipuler et d’en créer une nouvelle œuvre. Cependant la loi établit plusieurs exceptions importantes, dont le fait que la nouvelle création ne soit pas à fins commerciales ni n’affecte la réputation de l’artiste original.

Mais aux yeux des utilisateurs de droits, la faille majeure dans C-32 réside en ce que le projet de loi accorde l’ultime suprématie aux détenteurs de droits en leur donnant le pouvoir d’imposer le respect des serrures électroniques s’ils décident d’en appliquer à leur matériel. Selon Michael Geist:

« Le détenteur de propriété intellectuelle gagne à tout coup. Cela représente une intervention en faveur d’un modèle d’affaire particulier de la part d’un gouvernement qui prétend appuyer le marché libre. Cela veut dire en pratique que les exceptions actuelles concernant l’utilisation équitable (la recherche, l’étude privée, la communication de nouvelles, le compte-rendu et la critique) et les nouveaux droits proposés (la parodie, la satire, l’éducation, la copie pour fin sécuritaire, le transfert de format et l’enregistrement pour visionnement en différé) disparaissent du moment où l’ayant droit installe une serrure électronique sur son contenu ou son appareil. » (trad. libre)

De fait, cela soulève des difficultés : les compagnies de musique, de film et les radiodiffuseurs seront-elles encouragées à multiplier l’usage de serrures électroniques? Le transfert d’un support à un autre via un ordinateur de matériel acquis légalement sera-t-il criminalisé du fait que l’utilisateur devra dévérouiller le contenu? En d’autres mots, le projet de loi enlève-t-il d’une main ce qu’il accorde de l’autre?

 Une majorité des ayants droit ont réponse à cette question: étendre le régime de copie privée à toutes les plateformes, une approche qu’appuie la CCA. Mais comme le gouvernement a pris la position ferme qu’il considère le régime de copie privée comme une taxe injuste pour les consommateurs, qui devrait disparaître d’elle-même avec le recours de plus en plus grand aux nouveaux supports numériques, ceux qui avancent qu’il s’agit là de la meileure façon d’établir l’équilibre nécessaire entre ayants droit et utilisateurs devront s’en remettre aux partis d’opposition pour amender la loi en ce sens..

Le gouvernement a suggéré qu’il aimerait procéder rapidement à l’examen en comité du projet de loi, préférablement en tenant l’examen en comité durant l’été. Cette proposition a été reçue plutôt froidement par les partis d’opposition ainsi que par certaines parties intéressées qui pensent que ce projet de loi est trop important pour être adopté à la va-vite. La suggestion du gouvernement peut avoir à faire avec son intérêt à accélérer autant que possible la négociation en cours avec l’Union Européenne, laquelle a établi très clairement que la modernisation de la loi canadienne sur le droit d’auteur était une des conditions de base à la conclusion d’un accord commercial comme le souhaite le gouvernement.

 Pour en savoir davantage

Selon le Communiqué sur le site web de Patrimoine canadien, « Ce projet de loi est l'un des piliers de l'engagement qu'a pris le gouvernement dans le discours du Trône de 2010 pour faire du Canada un chef de file de l'économie numérique mondiale. »  Le but de la loi est de protéger et de créer des emplois, de promouvoir l’innovation et d’attirer de nouveaux investissements au Canada. Selon le Ministre Moore, le projet de loi « établit un équilibre logique entre les intérêts des consommateurs et les droits des créateurs », une opinion qui visiblement n’est pas partagée par tous.

 Plus spécifiquement, les objectifs du projet de loi sont de:

  • mettre à jour les droits et les mesures de protection dont bénéficient les titulaires du droit d’auteur, en conformité avec les normes internationales, afin de mieux tenir compte des défis et des possibilités créés par Internet;
  • clarifier la responsabilité des fournisseurs de services Internet et ériger en violation du droit d’auteur le fait de faciliter la commission de telles violations en ligne;
  • permettre aux entreprises, aux enseignants et aux bibliothèques de faire un plus grand usage de matériel protégé par le droit d’auteur sous forme numérique;
  • permettre aux enseignants et aux élèves de faire un plus grand usage dematériel protégé par le droit d’auteur;
  • permettre aux consommateurs de faire certains usages de matériel protégé par le droit d’auteur;
  • conférer aux photographes des droits égaux à ceux conférés aux autres créateurs;
  • éliminer la spécificité technologique des dispositions de la loi;
  • prévoir un examen quinquennal de la loi par les parlementaires.

Que puis-je faire?

Si vous êtes préoccupé(e) par la production de biens culturels de chez nous et que vous croyez que les artistes doivent recevoir une compensation équitable pour l’utilisation de leurs oeuvres, contacter votre deputé(e), surtout si c’est un membre du Parti Libéral, et signifiez-lui l’importance d’inclure un régime de copie privée revu et amélioré dans le projet de loi C-32.

Que pensez-vous de la réforme du droit d’auteur telle que proposée par le gouvernement? Joignez-vous à la discussion et inscrivez vos commentaires sur notre blog.


Alain Pineau
National Director / Directeur général
Canadian Conference of the Arts / Conférence canadienne des arts
406 – 130, rue Slater Street
Ottawa Ontario K1P 6E2
Tel: (613) 238-3561 ext. 12 poste 12
Fax / Télécopieur: (613) 238-4849 |

The Canadian Conference of the Arts (CCA) is the national forum for the arts and cultural community in Canada. It provides research, analysis and consultations on public policies affecting the arts and the Canadian cultural institutions and industries. The CCA fosters informed public debate on policy issues and seeks to advance the cultural rights of Canadians.

La Conférence canadienne des arts (CCA) est le forum national de la communauté artistique et culturelle au Canada. Elle effectue des recherches, produit des analyses et fournit des expertises sur les politiques publiques concernant les arts, les institutions et les industries culturelles canadiennes. La CCA favorise et éclaire le débat public entourant les enjeux politiques et travaille à la promotion des droits des Canadiens en matière de culture.


No comments:

Post a Comment

Blog Archive